index.php?vrs=kerlouan_bzh index.php?rub=meneham&cd2=pub_aff_envoyer.1 index.php?rub=meneham&imp=  
 

Meneham

Françoise LYVINEC                                          

 Tél : 06 43 38 16 03 


Gîte
d'étape de Meneham                                  
Meneham  

29890 KERLOUAN                                                        

www.gite-meneham.fr                                             

francoise@gite-meneham.fr

              OUVERT TOUTE L'ANNÉE

 

Gîte de meneham

 


 


Meneham : histoire.

Exposé au sud, entouré d’un cordon dunaire et à l’abri derrière un énorme rocher (qu’un monstre, dit la légende, aurait arraché à la côte et posé au milieu des champs . . .), Meneham a sans doute été habité plusieurs siècles avant Jésus-Christ. On y a découvert des vestiges d’un dépôt de fondeurs datant de l’âge du bronze . . .

Une construction est implantée à l’endroit le plus élevé, face à la mer : «la maison au toit de pierre».

Elle faisait partie d’un système de défense côtière mis en place, au 17ème siècle, par Vauban, sur l’ordre de Louis XIV. Ce système comprenait une chaîne ininterrompue de postes de guet (aujourd’hui appelés «Maisons des Douaniers ») en liaison à vue entre eux, afin de protéger le littoral des raids ennemis (anglais surtout).

Chaque paroisse se devait d’entretenir un certain nombre de ces postes de guet et fournir une milice, recrutée parmi les habitants de la commune. La «Maison au toit de pierre» date de cette époque.

On ignore si la «Caserne» a bien été aussi construite au 17ème siècle. Un plan du cadastre de 1817 ne fait mention que du bâtiment «au toit de pierre». Il se peut qu’au moment de la réalisation de ce cadastre, la «Caserne» en ruine, n’ait pas été signalée.

En 1817, suite à une réduction des budgets militaires, les bâtiments furent transférés aux Douanes. Celles-ci occupèrent le site jusqu’en 1835. La «Caserne» est peut-être construite à cette époque : ces bâtiments sont signalés, en partie, sur une autre carte marine datant de 1838.

En 1835, les Douanes cédèrent le lieu à un particulier. Les bâtiments sont loués à des paysans-pêcheurs-goémoniers. Les loyers de ces maisons étaient très bas, mais ils devaient des heures de travail au propriétaire. Ils possédaient quelques bêtes, un lopin de terre qu’ils cultivaient ; quelques uns avaient un cheval et une charrette, les autres, récoltaient le goémon qu’ils remontaient sur la dune à l’aide d’une brouette. Ils étaient très pauvres et vivaient pratiquement en autarcie : un puits et deux fours à pain leur fournissaient l’essentiel. Les deux maisons à «avancées» furent construites plus tard.

Jusqu’en 1950, le hameau abritait près de 50 personnes, la dernière locataire de la «Caserne» est décédée en 1990. En 1977, au fameux café «la Chaumière» se déroulaient encore jeux de boules, festou-noz et tantad.

Le hameau est entouré de parcelles de terrains bordés de talus et desservies par des chemins de terre quasiment intacts.

Le site, classé en 1975, a été acheté en partie par la Commune de Kerlouan et par le Conseil Général du Finistère.

Divers projets sont proposés en vue d’une restauration prochaine , pour que la vie revienne dans ce hameau presque abandonné. On imagine les chaumières restaurées, la fumée s'échappant des cheminées, le bruit des outils et des enfants jouant sur la dune .


Meneham . . . :

 

Ici, on est né, on a aimé, on a vécu,

 

Bien parfois, mal souvent peut-être,

 

Mais vécu tout de même :

 

Passants, respectez notre histoire . . .

 

Elle le mérite !

Le corps de garde

Cette "Maison au toit de pierre" faisait partie d'un système de défense côtière mis en place au 17ème siècle par Vauban sous l'ordre de Louis XIV. 
Ce système comprenait une chaîne ininterrompue de postes de guet (aujourd'hui appelés "Maisons des Douaniers") en liaison entre eux afin de protéger le littoral des attaques ennemis, en particulier des raids anglais. 
Chaque paroisse se devait d'entretenir un certain nombre de ces postes de guet et de fournir une milice, recrutée parmi les habitants de la Commune.
 
Ce bâtiment est devenu un espace muséographique consacré à la protection de la côte depuis juillet 2009
Ouvert aux mêmes horaires que le Point Information Tourisme

Le village de Meneham

1 village, des paysages, 1 histoire .....

La caserne

Cet édifice dont la façade mesure près de 40 m de long est composé de 6 logements qui était occupés par les douaniers (d'où son nom de caserne). Les douanes occupèrent en effet le site jusqu'en 1835 où date à laquelle elles cédèrent le lieu à un particulier. Les bâtiments furent loués à des paysans-pêcheurs-goémoniers.
Depuis juillet 2007, ce bâtiment abrite un village d'artisans.

 La maison Boédoc

Cette maison est la construction la plus récente de Meneham. Elle doit son nom à son dernier locataire. Elle fut édifiée à la fin du 19ème siècle et appartient comme le reste du village à la commune de Kerlouan. 

 La maison Salou

Elle doit son nom également à son dernier locataire. Elle date de 1833 et possède un puit, le seul du village en forme de demi-cloche typique du Pays Pagan. La maison est flanquée de deux remises et d'un lochenn qui est un abri sommaire souvent fabriqué à partir d'une vieille coque de bateau que l'on retournait et mettait sur cale et sur laquelle on jetait les vieux filets. Cet abri était idéal pour faire sécher les casiers et le matériel de pêche. 
Devenu en juin 2009 un espace muséographique consacré aux habitants de Meneham 
Ouvert aux mêmes horaires que le Point Information Tourisme

La chaumière

Cette habitation à l'entrée de Meneham était composée de deux logements, prolongés par des crèches. La Chaumière abritait le bistrot du village véritable lieu de rencontre et d'échanges entre pêcheurs, il a fonctionné de 1936 à 1973. On y jouait aux boules, au Kiliou Koz (jeu de quilles) ou à la galoche (jeu de palets) et on y dansait la fameuse Round Pagan (danse bretonne)du Pays Pagan. 
Ce bâtiment est devenue une auberge depuis juillet 2005, où l'on peut déguster une cuisine traditionnelle et des gourmandises "maison"

Les maisons à avancées

Ces maisons ont une architecture particulière. Elles possèdent un décrochement de façade ou avancée à l'endroit où l'on mettait la table familiale. L'espace intérieur est de ce fait plus vaste et les maisons plus grandes. Les familles qui y vivaient étaient un peu plus aisées car elles exploitaient les terres du fond du village moins sableuses, plus riches et donc au rendement plus élevé. 
Un four à pain se trouve également de ce côté du village.

Ces maisons ont été transformées en gîte d'étape en juillet 2007

 
Administration     |     Copyright © Anaximandre 2017    |     Powered by Ker-e-liamm     |     Mentions légales