Bien être et détente

Bien être et détente vous propose de vous maintenir en forme au travers du Qi Gong et du Do In. Cette association a pour objet la connaissance, la diffusion et la pratique de techniques psycho corporelles et énergétiques en vu du mieux être des personnes.

LA VERTU

La pratique de la vertu, réduit la distance d’où vous êtes et le bonheur. Ce n’est pas indispensable d’être vertueux pour pratiquer de la vertu. Mais c’est en pratiquant de la vertu qu’on devient vertueux. »

La Vertu est un ensemble de prédispositions morales qui conduit l’homme vers l’harmonie, vers la paix et le bonheur. C’est une référence stable pour l’intelligence et de la volonté, qui règle les actes de l’individu et ordonne les passions. Elle nous permet d’être au contact avec ce qu’il y a de divin en nous.

Parmi les différentes formes de la Vertu, on peut distinguer : La Gratitude, l’Appréciation, la Sincérité, la Bonne Intention, la Compassion,  le Respect, La Sympathie, la Patience, Compréhension.

LE QI GONG DE LA VERTU

Cet exercice régularise la répartition de l’énergie dans tout le corps. Il permet d’assouplir les articulations. La synchronisation avec la respiration apporte l’unité, l’équilibre, le calme et le relâchement.

Le Tao-tö king, « livre sacré de la Voie et de la Vertu », réconcilie les deux principes universels opposés : le yin, principe féminin, lunaire, froid, obscur qui représente la passivité, et le yang, principe masculin qui représente l’énergie solaire, la lumière, la chaleur, le positif. De leur équilibre et de leur alternance naissent tous les phénomènes de la nature, régis par un principe suprême.

Le Tao signifie la Voie, l’axe central “d’où tout part et tout revient” : autrement dit, l’art de vivre en harmonie avec l’univers et avec soi-même, intérieurement comme extérieurement.

la philosophie du Tao est basée sur le principe du Yin et du Yang. La terre, la lune, la femme, le métal, l’eau, l’automne et l’hiver sont Yin, tandis que le ciel, le soleil, l’homme, le bois, le feu, le printemps et l’été sont Yang.

Ces deux aspects complémentaires, tantôt par leur conflit, tantôt par leur union, sont à l’origine de toute chose, et le perpétuel mouvement entre ces polarités est à l’origine de la principale caractéristique du monde matériel : l’impermanence.

Dans le taoïsme, l’univers est en perpétuelle évolution, et seul le changement est permanent ; tout n’est que recommencement sans fin, et c’est en l’acceptant qu’on parvient à vivre en harmonie.

Le taoïste doit cultiver la vertu ou “dê”, c’est-à-dire suivre le flux naturel des choses sans le perturber ou tenter de le modifier. Le dê se manifeste par le “wou wei”, ou art du non agir, qui doit mener à l’harmonie intérieure.

Loin de signifier qu’il ne faut “rien faire”, le wou wei implique plutôt de choisir ses actions en accord avec la Voie, tout en étant conscient qu’on ne peut pas aller à l’encontre de toute chose et de l’univers.

La maîtrise du wou wei permet d’acquérir la concentration suffisante pour atteindre l’envol mystique : celui qui y parvient est considéré comme un homme parfait et devient immortel.

Outre cette préparation spirituelle qui l’amène à cultiver la modestie, l’humilité et la tolérance, le taoïste doit entreprendre une préparation physique.

Ces pratiques dites de Longue Vie peuvent être d’ordre alimentaire, gymnastique, médical, sexuel, etc., et sont censées lui donner l’énergie nécessaire pour arriver à l’immortalité. En voici quelques exemples.

  1. 1. Reconnaître la danse du yin et du yang

Vivre le Tao, c’est avoir conscience de ces deux énergies contraires, nées du vide primordial et qui se relient sans cesse : le yang (qui correspond à la dureté, la masculinité, l’action, l’être, la lumière) succède au yin (qui incarne le féminin, la douceur, la passivité, le non-être, la nuit).

Dans toute situation, l’une de ces forces succédera à l’autre. Aussi, pour trouver l’harmonie, on recherchera sans cesse le point d’équilibre entre les deux. En cuisine, on élaborera des menus qui associent aliments yin (sucre, fruits, légumes verts, etc.) et yang (viande, œufs, fruits de mer, etc.).

Dans la vie quotidienne, on trouvera l’équilibre entre spiritualité et matérialisme, travail et inactivité, solitude et vie sociale, nature et ville, donner et recevoir, etc.

  1. S’accorder aux cycles

Toute chose vivante est soumise à des cycles de destruction et de régénération. Les événements n’échappent pas à cette loi de la mutation : chaque aventure de la vie a ses propres temps d’action et d’immobilisation, et la sagesse consiste à reconnaître la fin d’un cycle, à ne pas se battre contre l’incontournable et à savoir quand bouger.

Cela est valable également dans la vie quotidienne. Dans la journée, par exemple, à quelle heure nous sentons-nous au top de notre énergie ?

A quel moment décline-t-elle ?

Être à l’écoute de son corps et de son rythme permet de retrouver une harmonie au quotidien.

  1. S’asseoir et oublier

Pour le taoïste, le travail intérieur prime sur tout et pour agir en accord avec le Tao, il faut d’abord être à l’écoute de sa nature profonde. La sagesse doit venir de l’intuition intérieure, et non être un amalgame de toutes les informations glanées à l’extérieur.

Pour contacter celle-ci, une seule voie : entrer dans le silence intérieur et méditer. On ne médite pas pour gagner en sagesse ou en sérénité mais pour perdre chaque jour quelque chose : une idée erronée, un mauvais comportement, une émotion conflictuelle… et ainsi se recentrer sur l’essentiel.

  1. Apprendre à « nourrir la vie »

Les premiers taoïstes, qui affirmaient leur désir d’atteindre l’immortalité, ont mis au point des centaines de techniques de régénération interne.

Ces pratiques millénaires n’ont pas bougé d’un pouce. Vivre dans le tao, à notre époque, revient encore à prendre conscience de l’énergie vitale qui est en soi et à la faire fructifier grâce à ces techniques raffinées : taï-chi, qi gong (les “gymnastiques de santé”), massages taoïstes, médecine chinoise préventive, acupuncture, respiration énergétique, etc. Aujourd’hui, les cours permettant de s’initier fourmillent.

Mais n’oublions pas le défi essentiel sur lequel elles ont été conçues : chacun doit savoir se régénérer, et devenir ainsi de plus en plus autonome. À chacun son tao, donc.

Faire corps avec l’univers

la philosophie du Tao est largement inspirée par l’observation et la contemplation de la nature. Le taoïste se doit d’être modeste face à l’univers, à la nature et ce qu’elle impose. Il doit s’y soumettre car il ne trouvera que le malheur s’il lutte contre elle ou s’il essaye de la dominer.

echercher l’essence, fuir l’apparence

Les taoïstes ont recherché la véritable nature des choses, une démarche qui invite à aller au-delà des apparences. Ainsi, en plein mois de novembre, les Chinois voient déjà le printemps. Ils savent qu’il faut retourner la terre pour préparer les futures floraisons. Le Tao privilégie l’être au paraître.

Penser “hors du cadre”

Pour trouver la Voie, un des moyens possible est l’utilisation de paradoxes, qui sont mis en avant dans le Tao Te King:

  • Celui qui sait ne parle pas. Celui qui parle ne sait pas.
  • La faiblesse est plus forte que la force
  • Connaître, c’est ne pas connaître : voilà l’excellence. Ne pas connaître, c’est connaître : voilà l’erreur.

Le but de ces phrases paradoxales est de perturber le cerveau, de briser la pensée conventionnelle, pour mieux prendre du recul sur l’éducation reçue.

Vivre et apprendre

Le Tao n’est compréhensible que dans la réalité de la vie. C’est à chacun de travailler avec ses outils, de créer son propre chemin, dans l’expérience concrète et le quotidien.

Le but de toute réflexion est l’action, aussi abstraite soit-elle, elle doit toujours avoir une finalité pratique ou concrète dans la vie de tous les jours.

Prendre ses responsabilités

Il n’y a pas de hiérarchie, pas de règles et une absence de volonté de convaincre dans le taoïsme. Chaque être humain est responsable de son existence, de son développement affectif, social, spirituel et de sa santé.

Pour le taoïste, l’infraction aux lois naturelles entraîne inévitablement des sanctions : manque d’harmonie, isolement et afflictions.

Les paroles et les actes ont des conséquences, cela implique une responsabilité et il est nécessaire de faire attention à ce qui est fait et à ce qui est dit, l’idéal étant de laisser le moins de traces possibles de notre passage.

Être authentique

S’accepter tel que l’on est la meilleure manière de conduire sa vie. Focaliser toute son attention sur son apparence ou porter un masque font perdre trop d’énergie.

Être authentique avec soi et avec les autres est le meilleur moyen de ne pas tomber dans les pièges de l’ego.

Mener une vie simple

Dans le taoïsme, il est recommandé de ne pas gaspiller son énergie vitale, l’excès est donc à bannir dans les pensées, les mots et les actes de la vie. Le “trop” est source de déséquilibre dans tous les domaines de la vie.

A contrario, la simplicité et la frugalité nous font aller à l’essentiel des êtres et des choses.

Relativiser les choses

Il est important dans le Tao d’apprendre à gérer ses émotions, pour ne pas s’identifier à ses succès ou à ses échecs, et être capable de relativiser.

Le but est de cultiver un ego stable et non réactif : la pratique de l’humilité et du détachement conduiront au dépouillement et à la sagesse.

Se laisser émerveiller

Il s’agit de se rendre disponible à l’émerveillement, à voir la beauté partout et en tout, mais aussi de rire des choses du monde, de les dédramatiser. Le taoïste a compris que la vie était un jeu, il la traverse en restant lui-même, en étant à la fois attentif et détaché, mais en jouissant de sa beauté.

Pour conclure, le Tao est cette force silencieuse, profonde et invisible qui embrasse toute chose et est toujours en mouvement, fluide et insaisissable.

Pour l’atteindre, il faut rester dans le rien, le non-être, ne pas chercher.

Il est nécessaire de s’installer dans la quiétude, de connaître la paix Dans le Tao, l’esprit devient si vaste qu’il embrasse le ciel et la terre en une même harmonie.

Nous apprenons à suivre la nature, aimer le monde, nous aimer nous-mêmes, avoir de la compassion, pardonner.

Une belle philosophie pour un monde meilleur ?

Parfaite tranquillité pour retrouver son origine première

Adresse

140 rue des Sauges 29890 KERLOUAN

Téléphone

06 71 47 52 29

E-mail

dj2l@icloud.com

Site internet

bienetreetdetente.fr

Horaires :

Présidente : Madame LOAËC Dominique